Pendragon

Sur les traces de la dame du duc

Nous avons repris notre route pour arriver à la ville de Silchester.
Heureusement, nous arrivons alors que les préparatifs du prochain tournoi commencent. Les rumeurs racontent qu’il se produit pour faire patienter tout ce beau monde le temps que les derniers vassaux du duc Ulfius arrivent.
Éprouvés par notre quête précédente, nous n’avons pas réussi à défaire les premiers combattants. Seule Dame Romane sauve l’honneur de notre Dame Arianwen en passant le premier tour.
S’ensuit banquet, soirée mondaine et promenade durant laquelle Dame Arianwen et le Duc Ulfius ne se cachent plus vraiment.
J’apprends au détour d’une conversation surprise dans un couloir que l’ancienne femme du duc Ulfius avait été empoisonnée dans des circonstances les plus étranges. Je crains de ce fait pour la vie de note Dame Arianwen.
Affolé des circonstances de sa mort, je préviens mes amis et nous décidons d’enquêter sur cette étrange information auprès de son ancienne dame de compagnie. Nous prenons donc nos affaires et partons à sa recherche.
Nous finissons par la retrouver. Elle nous raconte que ça maitresse est partie dans la forêt sans jamais revenir et nous indique la direction. Nous apprenons aussi que cette direction même à un camp de bucheron.
Nous décidons de nous y rendre intrigué par cette affaire. La dame du duc enfuie dans la forêt!?!? Ce n’est certainement pas des circonstances pour une dame de son rang. Personnellement, je pense à la possession.
On trouve sur un sentier un camp de bucheron. Ces derniers nous indiquent la direction prise et omette de nous dire qu’il y a un autre camp de bûcherons dans la forêt.
Je me pose des questions concernant la rétention d’information par ces manants mais l’intrigue est des plus curieuses.
Arrivée dans le deuxième camp, nous sommes reçus généreusement par ces habitants. Ces derniers nous informent que la dame s’en fut dans la forêt en nous indiquant la direction. Visiblement, ils n’ont pas jugé utile de l’en dissuader de peur des représailles. L’heure avancée nous oblige à passer la nuit dans ce camp.
Curieusement, dans la nuit, des loups hurlent. Heureusement, nous avions organisé des tours de gardes. Nous sortons de la grange pour apercevoir à l’orée de la forêt des loups qui nous surveille. Nous nous décidons à retourner dans la grange afin de ne pas être submergé par le nombre impressionnant de cette meute. Les loups se rapprochent de la grange. Nous entendons leurs griffes creuser le sol. Nous nous préparons mais finalement, aucun d’eux ne passe. Le lendemain matin, nous trouvons effectivement des traces de griffes mais curieusement, pas sur le sol mais sur les murs en bois de la grange. Interrogés sur ce phénomène, les habitants semblent aussi troublés que nous.

Comments

jorsca jorsca

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.