Pendragon

Sur les traces de la dame du Duc part.2

Les loups ne sont pas notre seul problème car Bellanger est comateux et incapable de se lever. Encore non loin du château d’Ulfius, nous décidons d’y retourner afin de l’y soigner, mais nous croisons sur le chemin Romane et Bellias: le premier se charge d’accompagner le blessé tandis que le second nous accompagne dans notre quête.
Nous avançons plus avant dans la forêt qui se fait plus dense, nous perdons aussi la notion du temps à la vue des journées qui s’enchaînent, deux ou trois jours se passent ainsi à suivre une piste improbable. Le silence est accablant mais la nuit les loups ne sont jamais très loin.
Une étrangeté est la présence tous les soirs de gibiers fraîchement chassé sur notre chemin, un lapin, puis trois tués d’un coup de crocs .
La deuxième nuit, ou bien la première, ma mémoire s’embrouille, je commets l’erreur impardonnable de m’assoupir lors de mon tour de garde: les loups en profitent aussitôt éclate. Fort heureusement, les blessures resteront modérées et par le plus grand des hasard, Bragan surgira de l’obscurité, juste après la déroute des bêtes sauvages.
La journée qui suivit nous arrivâmes devant une grande tour sombre et inquiétante. Nos craintes prennent forme quand deux êtres mi-homme mi-chauve-souris surgissent de nulle part et nous assaillent.
Bellias se retrouvera à quelques dizaines de mètres dans un arbre et Bragan supportera les assauts du 1er monstre tandis que je pourfendais le second.
Une fois vaincu, nous pénétrons dans la tour qui semble être abandonnée depuis fort longtemps: tout n’est que débris et poussière mais à mesure que nous montons les étages nous avons la certitude que nous touchons au but.
A l’avant dernier étage des bruits se font entendre quand le loup (celui plus massif et plus vif au regard si singulier) nous fonce dessus et – j’aurai pu le juré – s’empale de lui même sur mon épée. Quelques mètres plus loin, nous découvrirons dans une cellule dame Glezigue bien portante mais attristé de la mort du loup qui s’avéra être son amant.
Nous fuyons ensuite la tour qui s’éboule et nous nous retrouvons au grand jour saint et sauf.
Sur le chemin du retour la dame du seigneur nous expliquera qu’elle était partie payer la rançon que demandait un sorcier pour la libération de son amant, mais qu’elle fut retenue prisonnière depuis lors.

La question se pose alors: doit-elle réapparaître à la cours du seigneur Lucius ? ou abandonner son titre et mener une vie simple ? C’est à elle de décider et nous promettons de respecter son choix quel qu’il soit.

Comments

jorsca nihilist

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.